Discours 2013

Inauguration maison Grand quartier de la Gare PERIGUEUX

 
 

Allocution prononcée par M. Jacques BILLANT Préfet de la Dordogne le 2 février 2013

Je suis heureux d’être parmi vous pour l’inauguration tant attendue de la maison du Grand quartier de la Gare et je vous remercie, M. le Maire, de m’avoir associé à cet évènement.

Vous avez souhaité faire de la redynamisation de ce quartier une priorité de la rénovation urbaine engagée à Périgueux.

C’est une nécessité tant le risque existe de voir une rupture sur le plan socio-démographique et les conditions d’habitat entre ce quartier de Saint-Martin et les autres plus proches du centre-ville, notamment celui du Bassin.

C’est souvent le cas des quartiers de gare tombés en disgrâce. Mais nous savons aussi que ce quartier qui constitue l’une des entrées principales de la ville a un riche potentiel.

C’est pour cela que vous avez décidé de vous lancer dans sa requalification et de « coudre » les deux entités de Saint-Martin et du Bassin en un seul site urbain, sur la base de 5 objectifs :

- l’urbanisme, avec la création de logements diversifiés répondant aux besoins des familles et une opération programmée d’amélioration de l’habitat en direction des propriétaires bailleurs et occupants qui contribuera aussi à la lutte contre l’habitat indigne,

- l’économie avec la création d’un centre tertiaire,

- l’environnement avec le développement d’un éco-parc de 8 hectares,

- le déplacement urbain, avec la création, du fait de la situation stratégique du quartier, d’un pôle d’échanges multimodal,

- enfin le social, avec des structures sportives et cette maison de quartier.

Le 25 janvier dernier, j’ai eu le plaisir de poser avec vous la première pierre de ce grand projet avec le lancement de la construction de logements sociaux sur le site de l’ancienne usine Seita.

Aujourd’hui, je suis à vos côtés pour une deuxième action du plan de redynamisation de ce quartier de la Gare.

Les choses avancent, dans les réalisations concrètes, mais aussi dans l’esprit.

Car, la politique de la ville, bien avant d’être une politique de moyens, c’est d’abord une méthode de l’action publique, une politique partenariale et contractuelle, qui doit démontrer au quotidien que le décloisonnement des pratiques, l’échange d’expériences et la mise en commun d’actions sont des facteurs d’efficacité au service des habitants.

C’est tout le sens de la concertation nationale qui a été lancée par M. François LAMY, Ministre délégué à la Ville, et qui s’intitule « Quartiers, engageons le changement ! » pour réformer la politique de la ville.

Il en ressort cinq engagements qui vont servir de socle à la réforme.

- concentrer les moyens sur un nombre redéfini et restreint de projets,

- mobiliser le droit commun et territorialiser les politiques publiques, dans une approche interministérielle des choses. Je pense à l’emploi, la culture, la jeunesse, l’éducation, la sécurité, la santé, les transports, la justice… Je pense aussi à un engagement intercommunal en matière de solidarité financière et d’intervention dans et pour ces territoires et quartiers,

- lancer une nouvelle génération d’opérations de renouvellement urbain dès 2014,

- donner un rôle actif aux habitants qui doivent être co-constructeurs des projets de territoire. Le principe de la concertation doit devenir une règle, tout comme celui du droit à l’innovation et l’expérimentation pour chaque ville concernée,

- enfin, le cinquième et dernier engagement consiste à lutter contre les stigmatisations et les discriminations dont peuvent faire l’objet les habitants de nos quartiers populaires. Je rappelle que l’objectif premier de la politique de la ville, c’est bien la mixité sociale, et son premier adversaire, ce sont les discriminations insidieuses et insupportables, et avant tout illégales.

Je constate avec satisfaction, Monsieur le Maire, que nous avons déjà intégré l’esprit de ces 5 engagements dans le projet de la ville de Périgueux.

Vos administrés souhaitaient disposer d’un lieu de rencontres, d’un centre d’accueil des activités associatives et municipales menées par et pour le quartier de Saint-Martin, d’un lieu d’échanges entre élus de proximité et habitants.

C’est chose faite avec cette nouvelle maison de quartier.

C’est pour toutes ces raisons que l’Etat vous a accompagné dans sa réalisation.

Soyez assuré de mon engagement dans la poursuite de ce soutien pour finaliser les actions de votre grand projet de requalification du quartier de la Gare, en souhaitant que ce soutien soit, comme pour la maison que nous inaugurons, conforme à vos attentes.

A vous toutes et à vous tous, je vous souhaite de profiter pleinement de votre nouvelle maison de quartier, car il vous revient maintenant de la faire vivre.