Discours 2013

Inauguration de la chaufferie bois énergie et du réseau de chaleur de Lanouaille

 
 

29 juin 2013

M. le Maire, c’est pour moi un grand plaisir que de revenir dans votre commune pour inaugurer la chaufferie bois énergie.

Je tenais à partager ce moment avec vous pour saluer votre investissement dans ce projet d’envergure. Vous avez commencé à y penser il y’a un peu plus de 10 ans. Une chaudière bois, c’était alors une idée novatrice, surtout en milieu rural où, paradoxalement, les réseaux de chaleur se développaient moins vite qu’en milieu urbain.

Je sais qu’il n’est pas toujours aisé pour un élu de convaincre du bien-fondé de ses décisions, surtout lorsqu’elles touchent le développement durable, domaine qui peut parfois, et à tort, être considéré comme non prioritaire lorsque les temps sont difficiles.

Votre force de conviction l’a emporté, M. le Maire, et, avec votre équipe, vous avez avancé dans ce projet à partir de 2009 pour offrir aujourd’hui à votre collectivité une technologie moderne qui procure une énergie moins chère.

Il fallait effectivement convaincre que les dépenses d’aujourd’hui seront une économie et un progrès environnemental dans les années à venir.

C’est tout le sens de cette chaudière qui permet de substituer à l’énergie fossile qu’est le fuel une énergie renouvelable, à savoir le bois.

Notre département a choisi très tôt de répondre au triple défi énergétique, environnemental et économique en initiant un plan bois énergie dès 1994.

Vingt ans plus tard, ce sont plus de 40 chaudières qui sont en service en Dordogne.

Le préfet de la région Aquitaine et le Président du Conseil régional ont arrêté notre schéma régional climat-air-énergie pour diminuer de 20% au moins nos émissions de gaz à effet de serre en augmentant de 20% les énergies renouvelables, et cela d’ici 2020.

Pour atteindre cet objectif, l’Aquitaine s’appuiera sur les lignes de force de la Dordogne, je pense à la méthanisation et à la biomasse.

L’utilisation de la biomasse, comme ici, participe bien sûr efficacement à la lutte contre le changement climatique et contribue donc au respect des engagements du protocole de Kyoto.

Mais l’utilisation de la biomasse répond aussi à un enjeu économique, tant nous savons que le prix des énergies fossiles est appelé à être durablement élevé en raison de l’épuisement progressif des sources.

Enfin, pour des raisons énergétiques et sociales, l’utilisation de la biomasse va offrir de nouvelles perspectives à nos entreprises, à notre agriculture et à nos forêts. Le bois est une richesse du département qu’il convient de valoriser. Il doit demain, encore plus qu’aujourd’hui ; être un atout pour l’aménagement de notre territoire en créant des emplois nouveaux : c’est ainsi déjà le cas à Lanouaille.

Lors de la Conférence environnementale, le Président de la République a réaffirmé que la France devait être la nation de l’excellence environnementale. Il s’agit là d’un message universel pour notre pays sur la scène internationale.

Lanouaille, comme d’autres communes voisines du Périgord vert, a choisi de montrer la voie à travers cette grande réalisation. Je souhaite que son exemple soit suivi par beaucoup d’autres.