Discours 2013

26 octobre 2013 - Inauguration du Pôle Médico-Social de LALINDE

 
 

Seul le prononcé fait foi

Je suis très heureux de revenir à Lalinde pour l’inauguration de ce pôle médico-social.

C’est toujours un plaisir de constater l’aboutissement d’un projet dont on a suivi dès le début et pas à pas la conception.

En effet, il y a un peu plus d’un an, au mois de juillet 2012, je me trouvais déjà ici pour la pose de la première pierre du bâtiment.

Quelques mois plus tard, le 19 avril 2013 précisément, je revenais vous voir en présence de Madame Cécile DUFLOT, Ministre de l’égalité des territoires et du logement. Sa présence démontrait l’attention que le gouvernement portait à ce chantier de grande ampleur. Et déjà, nous avions constaté à quel point la construction de ce bâtiment avait beaucoup avancé.

A présent, je me trouve face à la concrétisation de ce beau projet, et je vous remercie très vivement de m’avoir convié à participer à son inauguration.

Cette réalisation est le fruit d’une profonde réflexion menée sur votre territoire et l’aboutissement d’un travail de longue haleine réalisé en coordination entre les élus locaux et les professionnels de santé.  

La construction de ce pôle médico-social est structurante pour le bassin lindois, car elle vise à maintenir une offre de soins de qualité adaptée au besoin de sa population et à favoriser l’attractivité globale de votre territoire.

Plus largement, ce pôle répond à la problématique majeure de la désertification médicale, à laquelle est confrontée la Dordogne, comme beaucoup d’autres départements ruraux en France.

Sur ce sujet, en effet, notre département ne fait pas exception. Nous souffrons d’une démographie très défavorable chez les professionnels de santé. Dans ce département très vaste, la densité des médecins y est faible : il y a, ainsi, moins d’un généraliste pour 1000 habitants. Et plus d’un quart d’entre eux sont âgés de plus de 55 ans. Ils cesseront donc leur activité dans les prochaines années, sans que la pérennité de leur cabinet ne soit garantie par l’arrivée de médecins plus jeunes, ces derniers étant peu à même de venir s’installer en milieu rural.

Ce déficit d’effectifs se retrouve chez l’ensemble des professionnels de santé de proximité, aussi bien dans les métiers de soins à la personne que dans les professions libérales telles que celles d’infirmiers, de dentistes ou de kinésithérapeutes.

Cette situation est d’autant plus difficile que la population périgourdine est vieillissante – je rappelle que près d’un tiers de la population est âgée de plus de 60 ans – et que les personnes âgées ont généralement des besoins de santé accrus et nécessitent d’être mieux accompagnés sur le plan médical.

Face à cet enjeu, les élus et les professionnels de santé en Dordogne se sont investis et ont multiplié depuis plusieurs années les initiatives locales pour lutter contre la désertification.

Ici à Lalinde, vous avez fait vôtre cet enjeu de santé et de cohésion sociale pour parvenir à la solution la mieux adaptée aux besoins de votre population.

Tout d’abord, la création d’une structure unique associant, au sein d’une maison de santé pluridisciplinaire, 11 professionnels de santé – 5 généralistes, 4 infirmières, 1 kinésithérapeute, 1 podologue - permettra de faciliter les communications entre les différents professionnels, tout en permettant aux patients de pouvoir bénéficier d’une offre de soins maximale dans un même bâtiment.

Ensuite, la mise à disposition de locaux pour des cabinets d’ophtalmologie et d’audioprothèsie, ainsi que de studios pour accueillir des stagiaires ou faciliter les gardes de médecins, crée des conditions d’accueil optimales pour permettre la venue de nouveaux praticiens.

Mais votre réflexion est allée plus loin puisque vous avez également décidé d’offrir à la population du bassin lindois une meilleure offre de services sociaux et médico-sociaux. En rassemblant sur ce même site un ensemble de prestataires fondamentaux dans le champ du médico-social - Centre intercommunal d’Action Sociale, Centre médico-social, Service de soins infirmiers à domicile – l’offre médicale et médico-sociale y est plus lisible et les moyens sont véritablement mutualisés.

En somme, les qualités et la pertinence de cette structure sont incontestables. Et la dynamique qui va désormais s’enclencher avec ce pôle médico-social sera très importante pour Lalinde, ses environs et pour toute la Dordogne.

Vous le savez, la lutte contre les inégalités de santé et notamment la précarité de l’offre de santé en milieu rural font partie des premières préoccupations du Gouvernement.

Lors de la présentation de la stratégie nationale de santé le
 23 septembre dernier, la Ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, a rappelé la nécessité de refonder notre système de santé en France pour en assurer sa pérennité dans le temps et en améliorer la qualité et l’efficacité. Cette stratégie repose sur trois piliers :

-  réduire les inégalités de santé,

-  préparer notre système de santé à affronter les défis de l’avenir,

-  préserver son financement solidaire.

Cette stratégie est établie dans le but de réorganiser le système de santé autour du patient et de construire une véritable médecine de parcours, pour assurer à chaque usager la bonne prise en charge, par le bon professionnel de santé, dans une bonne structure.

Optimiser l’accès au soin dans le milieu rural est également une des priorités de l’Etat. C’est un élément majeur pour la qualité de vie des habitants au sein des territoires.

Au mois de décembre dernier, la Ministre de la santé a lancé « le pacte territoire santé ». Il est construit autour de 12 mesures concrètes et vise un objectif : encourager l’installation de professionnels de santé dans les territoires isolés.

Parmi ces mesures, la création de maisons de santé pluridisciplinaires comme celle que nous venons de visiter constitue un objectif prioritaire qui permet de répondre à la fois aux besoins des habitants de certaines zones rurales, mais aussi à l’évolution des modes d’exercice souhaitée par de nombreux professionnels.

C’est pourquoi, la Ministre de l’égalité des territoires et du logement, Cécile Duflot, a décidé, en juin dernier, de renforcer le plan « maison de santé » en  engageant 5 millions d’euros supplémentaires qui permettront de lancer 50 nouveaux projets de maison de santé pluridisciplinaire au sein des territoires ruraux, afin de porter à 300 le nombre d’initiatives financées.

Vous le voyez, votre décision de créer sur un même site un pôle médico-social répond totalement aux objectifs du Gouvernement. C’est pour cela que l’Etat a choisi de soutenir financièrement cette opération à hauteur de 260 000 € de subventions FEADER et FNADT pour la maison de santé pluridisciplinaire et de 250 000 € pour le pôle de services à la personne.

En Dordogne, nous continuerons de décliner la politique du Gouvernement, en matière de lutte contre la désertification médicale. Pour cela, le 8 juillet dernier, nous avons installé, avec le Directeur général de l’ARSAgence Régionale de Santé d’Aquitaine et le Président du Conseil général, la nouvelle commission départementale de la démographie médicale et paramédicale et de l’aménagement du territoire de Dordogne. Cette commission se saisira des actions émergentes sur le territoire, fera la promotion des projets et prévoira leur financement.

Notre plan d’actions volontariste permettra d’autres réalisations, comme celle que nous inaugurons ce matin à Lalinde. Et c’est ainsi que nous progresserons pas à pas vers la réduction des inégalités de santé sur le territoire.

Il me reste à vous remercier et à vous féliciter pour le travail accompli.