Deux roues motorisées

"On a toujours une bonne excuse"

 
 
"On a toujours une bonne excuse"

En retard, on oublie parfois ses gants ou pour un court trajet, on ne prend pas la peine de vérifier la taille du casque de son passager…

Autant de situations dangereuses auxquelles s’exposent les usagers de deux-roues motorisés, particulièrement vulnérables dans la circulation puisque, constituant près du quart des tués et près de la moitié des blessés graves, ils ne représentent qu'1 à 2 % du trafic.

Ces prises de risque, l’association Prévention Routière et La Parisienne Assurances  ont souhaité mieux les connaître, c’est-à-dire à la fois les décrypter et contribuer à les réduire. Les deux partenaires ont donc mené une enquête (*) auprès de motards et scootéristes, conducteurs et passagers, dont ils dévoilent les conclusions aujourd’hui et qu’ils accompagnent d’une campagne de sensibilisation sur l’équipement et la visibilité.

La grande majorité des motards (84%) utilisent leurs deux-roues à moteur toute l’année. La plupart d’entre eux (75%) s’estiment suffisamment protégés en cas de chute ou de choc et une proportion encore plus grande (80%), bien visibles de jour comme de nuit. En théorie. Dans la pratique, il apparaît que les équipements de protection ne sont pas toujours portés. A commencer par le casque, pourtant obligatoire, que 20% déclarent ne pas porter systématiquement. Par ailleurs, persuadés à 80% d’être suffisamment visibles, ils sont seulement 2 sur 10 (21%) à porter un gilet de haute visibilité.

En réponse à ces résultats de leur enquête commune, les deux partenaires invitent motards et scootéristes à répondre aux 9 questions du quiz www.nosbonnesexcuses.fr  qu’ils ont conçu comme une journée-type à moto, avec ses trajets habituels, ses imprévus et toute une série de conseils sur les équipements de protection.

Venez collectionnez les "bien joué"  sur le quiz www.nosbonnesexcuses.fr  et, jusqu’au 10 novembre, participez au tirage au sort qui vous donne une chance de gagner un équipement complet ou une paire de gants ou encore un kit complet « visibilité ».

(*) Enquête menée par l’association Prévention Routière et la Parisienne Assurances par internet du 13 au 23 octobre auprès de 500 motocyclistes issus d’un échantillon représentatif de la population française.