Actualité sur le risque incendie

 
 
.

Incendie de forêt : n’ajoutons pas une crise à la crise sanitaire

Soleil, douceur et vent d’est : la Dordogne entre dans une période de haut risque incendie de forêt. Pour la sécurité des personnes et des biens, tous les brûlages sont interdits.

Végétation sèche et vent de printemps

Le retour des beaux jours associé à la période actuelle de confinement est propice à la réalisation de travaux d’entretien pour les propriétaires de jardin. Or, la présence d’une végétation sèche (herbes, fougères, ronces) favorise le déclenchement de feux de broussailles d’expansion particulièrement rapide. Ces feux, aggravés par les vents d’hiver, peuvent menacer les massifs mais aussi directement les personnes et les biens. Pour limiter les risques, les brûlages de déchets verts sont strictement interdits depuis le 1er mars sur tout le département.

Un risque majeur pour notre département

Ce risque incendie de forêt est bien réel : la Dordogne se situe au quatrième rang des départements français pour le nombre de départs de feux. En 2019, on comptait 100 départs de feux et 142 hectares brûlés, en augmentation par rapport à l’année précédente. Face à ces chiffres, des réglementations particulières s’appliquent pour la protection de tous.

Soyons tous responsables

Parce que plus de 9 feux sur 10 sont d’origine humaine, nous avons tous un rôle à jouer pour la prévention du risque incendie de forêt. En cette période de crise, le respect des consignes est plus que jamais nécessaire pour éviter de mobiliser des services particulièrement sollicités.

En confinement, jardiner : oui ! Brûler : non !